Imprimer
Catégorie : La faune, la flore et l'environnement
Affichages : 944

Les requins ne sont pas des mangeurs d'hommes.
Pour mieux les connaître lis vite cet article.

Un nageur suréquipé

Ingénieux et performant, le requin sait s'adapter à toutes les situations. Il possède même un sixième sens !.

Où vivent-ils ?

Pourquoi tant de haine ?

Mal aimés depuis le Moyen Âge, les squales sont toujours victimes de préjugés tenaces. Il est temps de distinguer le vrai du faux ! Examinons de près cinq idées reçues. 

Ils sont dangereux
Pas tous !. Seules cinq espèces sont qualifiées de dangereuses en raison de leur taille et de leur régime alimentaire: le requin-tigre, le requin blanc, le requin mako, le requin-bouledogue et le requin-marteau. En dix ans, c'est vrai, les attaques de requins ont doublé, passant d'une cinquantaine à une centaine par an. Une sur dix est mortelle. Pour Bernard Seret, biologiste marin à l'IRD (Institut de recherche et de développement), "il y a plus d'accidents parce qu'il y a plus de monde dans l'eau". Reste que, au regard des chiffres, les requins sont moins dangereux que beaucoup d'autres animaux. Ne serait-ce que les méduses, qui tuent une centaine de baigneurs chaque année. 

Ils sont tous énormes
Faux !. La moitié des requins font moins de 1 m et seuls 3 % d'entre eux dépassent les 4 m. Les minus : le requin-pygmée et le requin-nain ! Adultes, ils tiennent dans une main et pèsent moins de 100 g.

Ce sont des mangeurs d'hommes
Faux !. Les requins sont des carnivores, mais la chair humaine, pas assez grasse à leur goût, n'entre pas dans la composition de leurs menus. Ils se nourrissent essentiellement de poissons osseux, de raies, de mollusques et de crustacés. Trois sont de gros mangeurs de plancton : le "baleine", le “pèlerin" et le "grande gueule".

Ils n'aiment pas les surfeurs
Faux !. Ce n'est pas parce qu'ils ont une dent contre les sports de glisse... La raison est tout autre : ils confondent les planches avec leurs proies naturelles, les tortues ou les otaries.

Ce sont d'effroyables monstres
Faux !. Sa mauvaise réputation remonte au Moyen Âge. D'ailleurs, le mot requin viendrait du latin requiem, la prière des morts, car on avait l'habitude de dire que celui qui rencontrait un requin pouvait réciter sa dernière prjère... Il faut attendre le 19e siècle pour que les scientifiques l'étudient avec rigueur. Mais Les Dents de ta mer, film à succès des années 1970 dans lequel un "grand blanc” terrorise les côtes américaines, ont réveillé les terreurs ancestrales. Pourtant, dans certaines îles du Pacifique, les requins sont considérés comme des divinités.

Sur Terre depuis la nuit des temps

SOS disparition !

En vingt ans, les populations de requins ont diminué de 60 à 90 % selon les espèces. En cause : la pêche industrielle, mais aussi la pollution des mers. 

Pourquoi faut-il les protéger ?
La chute des populations fragilise les écosystèmes marins. En effet, ces superprédateurs se situent au sommet de la chaîne alimentaire et leur diminution entraîne des conséquences en cascade.
Dans les Caraïbes, par exemple, leur nombre est en chute libre. Les mérous, qui sont moins mangés, prolifèrent et dévorent les poissons herbivores. Moins nombreux, ces derniers laissent les algues se développer à toute vitesse, au détriment des coraux, qui meurent petit à petit.

Pourquoi sont-ils aussi vulnérables?
Contrairement aux poissons osseux, qui pondent des millions d'œufs chaque année, les requins ne produisent que quelques dizaines d'œufs par portée.
Ils atteignent leur maturité sexuelle très tardivement, vers 6 ou 7 ans, contre 2 ou 3 pour les autres poissons, et la durée de la gestation est très longue (de sept mois à deux ans).
Souvent péchés trop tôt, ils n'ont pas le temps de se reproduire.