Imprimer
Catégorie : La faune, la flore et l'environnement
Affichages : 1327

Tu entends ? C'est le cerf qui brame ! Voici les récentes découvertes scientifiques faites sur cet animal !

D'après les dernières études scientifiques, il y aurait 161 000 cerfs en France ! C'est 4 fois plus qu'il y a 30 ans. Mais pourquoi ? Tout simplement parce que la chasse est limitée.
Les chasseurs ne peuvent plus les abattre librement. La survie des cerfs est aussi permise grâce à des zones de passage aménagées sur les routes et les voies ferrées. De quoi traverser sans danger, même pour une harde de biches ! En plus, le loup et le lynx, les prédateurs du cerf, se font rares.
Ce grand cervidé peut donc se balader librement... à moins qu'un chasseur croise sa route, là il détale et se cache !.

Des scientifiques australiens ont découvert qu’en hiver, le cœur des cerfs bat moins vite à cause du manque de nourriture. Ils se sont aussi intéressés aux pattes et au museau tout froids de ces cervidés. C'est à force de marcher dans la neige ? Non, le cerf fait exprès d'abaisser la température de ses extrémités : une astuce pour économiser de l’énergie. Ce phénomène est comme une mini-hivernation sans pour autant refroidir l'ensemble du corps ou s’endormir comme l’ours !.

La science sait désormais que dans la famille cerf, si la mère a un statut social élevé, ses faons mâles seront, plus tard, de beaux et puissants cerfs. Pourquoi ?
Tout simplement parce que les femelles dominantes peuvent plus facilement accéder à la nourriture. Les petits sont donc mieux nourris ! En revanche, ses faons femelles n'auront pas plus de chance que les autres biches.