La maison des adolescents (MDA)

Un jour ou l'autre, on peut tous être confrontés à des problèmes de santé, de relations familiales... et ne pas savoir vers qui se diriger. Accueillir et écouter les jeunes, c'est la vocation des Maisons des adolescents (MDA).

Une Maison des ados, qu'est-ce que c'est ?

C'est un lieu dédié aux adolescents en difficulté :
C'est un lieu où les adolescents peuvent se rendre s'ils ont besoin d'infos, de conseils, voire d'une aide concrète, parce qu'ils rencontrent des difficultés dans leur vie quotidienne.
Il peut aussi bien s'agir de "simples" problèmes d'acné, d'orientation, que d’un coup. de blues, après une grosse dispute avec les parents. Les jeunes y sont mis en relation avec des professionnels, qui répondent à ce besoin de "discuter avec un autre adulte". En voilà le principe, du moins sur le papier !
Car, selon leur taille, les Maisons des ados ne proposent pas les mêmes services, ni les mêmes prises en charge. Certaines vont jusqu'à mettre en place une aide médico-psychologique poussée.
La plus célèbre, celle de l'hôpital Cochin, à Paris, s'est ainsi spécialisée dans les dépressions, les névroses obsessionnelles, les troubles du comportement alimentaire... Des "états" très sérieux.

Quand ont-elles été créées ?

Depuis les années 2000, les MDA répondent à des besoins spécifiques :
La première Maison des adolescents a vu le jour au Havre, en 1999.
À l’époque, il n'existait pas de lieu d'accueil et de soins spécifique aux ados. Un comble, alors que dans cette période de la vie, tout (ou presque) change, au niveau du corps comme dans la tête ! Cette première MDA, citée en exemple par la Défenseure des enfants, a convaincu le gouvernement de prévoir l'ouverture d'une structure semblable dans chaque département, après la Conférence de la famille de 2004.
La MDA de Cochin, dite Maison de Solenn, fut fondée à cette date par le journaliste-écrivain Patrick Poivre d'Arvor (père de Solenn, décédée en 1995) et Bernadette Chirac, l'épouse du président de la République de l'époque. L'un et l'autre ayant un enfant souffrant de graves troubles alimentaires. On recense aujourd'hui une centaine de Maisons des adolescents dans un peu plus de 65 départements.

Qui peut pousser la porte d'une MDA ?

Tous les adolescents ou jeunes adultes, selon les structures :
N'importe quel jeune. Les MDA accueillent les ados à partir de 11-12 ans (voire 10 ans pour certaines), jusqu'à l'âge adulte (18-21 ou 25 ans).
Et pas obligé de prévenir ses parents pour une première visite. On peut y aller seul. C'est entièrement gratuit et anonyme ! Et les discussions sont soumises au secret professionnel.
Mais si un interlocuteur décèle un problème suffisamment important pour menacer la santé et la sécurité d'un(e) mineur(e), il sera amené à alerter ses parents... ou la justice, afin de ne pas le laisser en situation de danger. Maintenant, l'ado peut aussi bien venir accompagné d’un(e) ami(e), d'un adulte ou de ses parents.

Comment ça marche ?

Des professionnels sont là pour accueillir les ados et les informer :
Normalement, prendre rendez-vous n’est pas obligatoire ! Mais mieux vaut vérifier avant. Sur place, des "pros" habitués à accueillir les jeunes (animateur, infirmière, éducateur...) font visiter le lieu avec ses différents espaces : santé, cafétéria, etc. Les ados échangent avec eux, leur expliguent pourquoi ils sont là. Des brochures peuvent répondre à leurs questions.

Dans quels cas se rendre dans une MDA ?

Petite ou grande, chaque difficulté mérite de l'attention et un avis :
Pas besoin d'être en très grande difficulté (anorexie, boulimie, phobie scolaire, dépression, tendances suicidaires, etc.) ! Un problème de sommeil, un conflit avec un professeur... motivent tout aussi bien l'envie de pousser la porte d'une MDA. Si le premier interlocuteur rencontré ne peut répondre aux questions posées ou s'il met le doigt sur des enjeux plus complexes, l'ado se voit alors proposer de rencontrer un spécialiste, qu'il soit psychologue, pédopsychiatre, nutritionniste ou assistante sociale...
On peut aussi l'encourager à participer à un groupe de parole, entre frères et soeurs par exemple, ou bien sur des problèmes précis comme la boulimie. D'autres expériences se partagent autour du théâtre, de la musique, de la cuisine...

Peut-on y être hospitalisé ?

Ce n'est pas l'hôpital, mais on peut être dirigé vers un service hospitalier :
Une MDA n'est pas un hôpital, même si certaines sont intégrées à des hôpitaux. Un cas "critique" sera dirigé vers un CMP (centre médico-psychologique) ou service hospitalier spécialisé. Maintenant, quelques rares MDA, comme celle de Solenn ou celle de Bobigny, en banlieue parisienne, proposent des hospitalisations de, jour et des séjours partiels ou à temps plein.

Les parents peuvent-ils "consulter" dans une MDA ?

Oui, s'ils ont besoin d'un conseil concernant leur ado :
Les Maisons des ados sont ouvertes aux parents. Avec le même souci de leur fournir toute l’aide nécessaire. Mais, tôt ou tard, ces parents qui ont un problème avec leur ado, y reviennent forcément avec lui ! Il pourra ensuite demander à être reçu(e) seul(e) en entretien.
D'ailleurs, les équipes le proposent. Car la vocation première des MDA, c'est d'aider les ados ! Alors, n'hésitez pas à pousser la porte et faites-le savoir, si un copain, une copine, ne va pas bien. Une simple réponse suffit souvent à apaiser les tourments. Pour aller de l'avant !

Où trouver un lieu d'écoute ?

  • Pour obtenir les coordonnées d’une MDA
    - Tu peux appeler : le Fil Santé jeunes au 0 800 235 236 (espace d’écoute anonyme et gratuit, ouvert tous les jours, de 8 h à minuit)
    - Tu peux te rendre sur leur site : www.filsantejeunes.com
    - Tu peux aussi consulter la carte de France des MDA en allant sur le site de l’Association nationale des Maisons des ados : www.anmda.fr
  • Il existe d’autres lieux d’écoute
    - Les points d’accueil Écoute jeunes (PAEJ) : www.anpaej.fr (liste des PAEJ).
    - Les Espaces santé Jeunes (ESJ) : www.fesj.org (liste des ESJ).

Commentaires   

0 #2 Zoé 22-02-2017 08:08
Ces centres sont une bonne idée. Ils permettent ainsi aux jeunes rencontrant des difficultés d'en parler à quelqu'un qui gardera le secret sans émettre aucun jugement. En plus, il peut y aller sans ses parents. Pratique, si on ne veut pas leur en parler. :roll:
Citer
0 #1 Elias 22-02-2017 08:06
Quand on est ado, on n'a pas toujours envie de tout dire à ses parents. Bon, ce n'est pas mon cas, mais j'ai des amis qui n'ont pas forcément un parent vers qui se tourner quand ça va mal. Alors je comprends que pour eux, c'est bien de pouvoir aller dans des lieux comme les Maisons des ados.
Citer

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

On se couchera moins bête ce soir ! Comment s'appellent les dieux hindous ?
Les hindous croient qu’il n’y a qu’un seul dieu qu’ils nomment Brahman.
Les autres dieux hindous ne sont que des facettes différentes de Brahman et ils sont nombreux. Parmi eux, les trois principaux sont Brahmâ le créateur, Vishnu le dieu de la paix et Shiva le dieu de la destruction et du renouveau. Mais Vishnu, par exemple, a pris plusieurs formes pour venir sur terre et y ramener l’ordre. La plus connue de ces formes est Krishna. Et il existe encore d’autres dieux, visages du Brahman. Le plus populaire d’entre eux est très certainement Ganesh, le dieu éléphant. Ganesh est un protecteur qui éloigne les obstacles. Les hindous l’invoquent à chaque moment important de leur vie quotidienne.