Gaspiller moins de nourriture et faire des économies facilement

À la cantine, les poubelles ont souvent meilleur appétit que les élèves. Surtout quand il s'agit d'avaler des haricots verts. ...

 - C'est quoi le gaspillage alimentaire ?

Est considérée comme gaspillée toute nourriture dégradée ou jetée gui aurait dû être consommée.
Fruits et légumes qu'on a laissés pourrir, yaourt oublié dans le frigo et dont la date de consommation est dépassée, pain rassis, spaghettis à la bolognaise moisis... Toute nourriture destinée à la consommation humaine et qui est perdue, dégradée ou jetée, constitue le gaspillage alimentaire. Ce sont des déchets qui auraient pu être évités. Pas comme les os de poulet ou les coquilles d'œufs, qui ne sont pas considérés comme du gaspillage : il s'agit de déchets alimentaires "inévitables". 

 - Qui sont les gaspilleurs ?

Du champ à l'assiette en passant par l'usine, le gaspillage est partout.
Du producteur au consommateur, tout le monde gaspille. Prenons l'exemple des frites. Dans les champs, les pommes de terre sont collectées par des machines, mais certaines sont oubliées et pourrissent sur place. Ramassées, les patates sont triées. Celles qui ont une forme bizarre sont mises de côté ; les autres partent en usine où elles sont transformées en frites. Mais parfois, le découpage est raté. En magasin, si le sachet de frites est abîmé (ou s'il reste invendu avant d'être périmé), il part à la poubelle. Pareil à la maison ou au restaurant, si on ne finit pas son assiette !

 - Quelle quantité gaspille-t-on ?

1,3 milliard de tonnes de nourriture sont gâchées chaque année dans le monde.
En un an, un Français jette en moyenne 20 kg d'aliments. Soit 1,2 million, de tonnes gaspillées rien que par les familles françaises ! Ajoutez à cela les pertes dans les champs, les supermarchés, les restaurants... Au total, 9 millions de tonnes de nourriture sont ainsi gâchées dans notre pays chaque année. Et à l'échelle mondiale, on parle de 1,3 milliard de tonnes ! Ce qui équivaut à environ un tiers de ce qui est produit pour nourrir l'homme.

 - Pourquoi gaspille-t-on autant ?

On nous pousse à la consommation et nous avons de mauvaises habitudes.
La faute aux mauvaises habitudes de consommation ! Comme celle d'acheter de beaux produits bien “standardisés''. Par exemple, des tomates parfaitement rondes et brillantes, jamais biscornues, mais qui n'ont pas meilleur goût !. Nous cédons aussi souvent aux offres promotionnelles ("deux paquets achetés, un gratuit") proposées par les grandes surfaces qui nous font acheter plus que nécessaire, En plus, nous interprétons mal les dates de conservation des aliments. La date limite de consommation (DLC) impose une limite sanitaire. La date limite d'utilisation optimale (DLUO), elle, ne concerne que le goût du produit : pas de danger pour la santé si on la dépasse. Dans les restaurants ou les cantines, aussi, les besoins des "mangeurs" ne sont pas assez pris en compte et les assiettes sont souvent trop remplies.

 - Quels sont les enjeux d'un tel gâchis ?

Moins gaspiller, c'est être écolo, économe et solidaire.
Ils sont d'abord écologiques. Le gaspillage alimentaire a des impacts sur l'environnement : surconsommation d'eau, émission de gaz à effet de serre, déchets inutiles... Gaspiller de la nourriture, c’est aussi gaspiller l’argent dépensé pour produire ou acheter ces aliments. Enfin, sur un plan social et humain, c'est choquant de jeter de la nourriture alors que de nombreux Français dépendent de l'aide alimentaire pour vivre. Et que 842 millions de personnes dans le monde ne mangent pas à leur faim, soit un humain sur 8.

 - Comment s'organise la lutte contre le gaspillage en France ?

L'objectif est de diviser par deux le gaspillage d'ici 2025.
La chasse au gaspillage est ouverte ! L'objectif est d'en réduire le volume de moitié d'ici 2025. Pour cela, le gouvernement a lancé un pacte "anti-gaspi”, avec un plan d'actions. Le 16 octobre a été décrété "Journée nationale de lutte contre le gaspillage alimentaire". Le pacte prévoit aussi d'inciter les magasins à redistribuer leurs invendus aux associations caritatives, de remplacer la mention "DLUO" par "À consommer de préférence avant" sur les emballages, d'ajuster les portions dans les restaurants scolaires, etc. Certaines associations proposent aussi des actions originales, comme les "Disco Soupe", des banquets festifs où l'on cuisine des fruits et légumes destinés à être jetés.

 - Et nous, que pouvons-nous faire ?.

Bon sens et modération sont souvent très efficaces.
Avec du bon sens, chacun peut réduire le gaspillage. Préparer une liste avant de faire les courses permet d'éviter des achats superflus ou compulsifs. Il faut aussi ranger dans le frigo les aliments par date limite de consommation et mettre en avant ceux qui se gardent moins longtemps. On peut aussi apprendre à cuisiner les restes : Internet regorge de recettes et il existe des livres sur ce thème. Mais il n'y a pas qu’à la maison qu'on peut agir. À la cantine, on évitera d'avoir les yeux plus gros que le ventre !

Les Français peuvent mieux faire

  •  Chaque Français jette en moyenne 20 kg de nourriture par an, dont 7 kg de produits encore emballés et 13 kg de restes de repas.
  • Le gaspillage alimentaire représente 21 % des aliments achetés, alors que les Français pensent ne sacrifier que 6 % de leur nourriture.
  • Le gaspillage alimentaire coûte en moyenne 400 euros par an à une famille française de 4 personnes.
  • Dans les collèges, perte et gaspillage alimentaires sont évalués à 200 g par collégien et par repas : c'est un menu sur trois qui finit à la poubelle !.
  • Entre 10 et 30 % des fruits et légumes récoltés en France n'arrivent pas sur les étals des commerçants, car ils sont jugés "inesthétiques".

Sources : Ministère de l'écologie, du développement durable et de l'énergie. Ademe (Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie). FNE (France nature environnement).

Commentaires   

0 #2 Arthur 08-03-2017 08:10
C'est irresponsable de gaspiller de la nourriture, car si elle est abondante pour nous, d'autres personnes, elles, meurent de faim !
Citer
0 #1 Émeric 08-03-2017 08:09
Pour moins gaspiller, c'est facile : il faut moins remplir son assiette et se resservir. Nous, on donne le pain rassis aux poules. Et on met les déchets dans le compost, comme ça, on obtient de l'engrais naturel.
Citer

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

On se couchera moins bête ce soir ! Comment s'appellent les dieux hindous ?
Les hindous croient qu’il n’y a qu’un seul dieu qu’ils nomment Brahman.
Les autres dieux hindous ne sont que des facettes différentes de Brahman et ils sont nombreux. Parmi eux, les trois principaux sont Brahmâ le créateur, Vishnu le dieu de la paix et Shiva le dieu de la destruction et du renouveau. Mais Vishnu, par exemple, a pris plusieurs formes pour venir sur terre et y ramener l’ordre. La plus connue de ces formes est Krishna. Et il existe encore d’autres dieux, visages du Brahman. Le plus populaire d’entre eux est très certainement Ganesh, le dieu éléphant. Ganesh est un protecteur qui éloigne les obstacles. Les hindous l’invoquent à chaque moment important de leur vie quotidienne.