Dis, d'où vient l'info ? C'est une bonne question...

C'est quoi, une information ?

Toutes les nouvelles ne sont pas des infos !.

Dès que l'on apprend quelque chose à quelqu'un, on délivre une info.
S'il s'agit d'une simple discussion entre copains, l'échange prend souvent la forme d'anecdotes, d'avis, de délires. Pas de quoi remplir un journal !
Mais dès que la nouvelle est susceptible d'intéresser un public plus ou moins important, on parle vraiment d'information. Parce qu'un événement s'est produit : accident, exploit, rassemblement... Parce que c'est nouveau : découverte scientifique, phénomène de mode... Parce que ça dévoile des aspects du monde que l’on n'imaginait pas, ou encore des secrets.
Le travail des journalistes consiste à "fabriquer" l'information à partir de faits bruts, qui sont ensuite vérifiés, complétés, mis en forme et finalement transmis au lecteur, à l'auditeur, au téléspectateur, à l'internaute.

Comment l'information arrive-t-elle aux journalistes ?

Elle arrive de partout, mais pas toute prête !

De tous côtés ! Dépêches d'agence, communiqués, mails, courriers, appels, documentations diverses... Pour travailler correctement, le journaliste a besoin d'être renseigné. Certains événements, prévus de longue date, figurent dans les agendas, comme la célébration des années centenaires de la Première Guerre, les élections ou le nouveau Star Wars.
D’autres surgissent "à chaud" dans l’actu : catastrophe naturelle, offensive en Syrie, mariage d'une célébrité... Il faut effectuer un tri parmi ces données.
Les journalistes ne le font pas tous de la même façon. Une info intéressante pour les lectrices de Elle ne le sera pas forcément pour le lectorat du Monde.
À partir d'un même événement, on peut aussi faire des analyses différentes. Ainsi, certains médias affichent des orientations politiques opposées.

À quoi servent les agences de presse ?

Elles sont en première ligne.

Les agences de presse, dont l’Agence France Presse (AFP), emploient un grand nombre de journalistes spécialisés ou installés partout dans le monde. Dès qu'il se passe quelque chose, ces derniers font un premier travail de collecte qu'ils communiquent sous une forme très factuelle. Cette information “brute" sera ensuite enrichie par d'autres, dans les télés, les journaux, les radios...

Pourquoi parle-t-on de "sources" ?

On distingue sources "documentaires" et sources "vives".

Le bureau d’un journaliste est comme une caverne d’Ali Baba remplie de dossiers, de livres et de papiers ! La rédaction d'un article commence avec ces sources documentaires.
Les consulter permet d'étoffer ses connaissances sur un sujet. C'est la base. Mais les journalistes font surtout appel à des "sources vives" témoins, professionnels, officiels, experts... susceptibles de nourrir une enquête ou un reportage d'un récit de vie, d'une analyse. Ils les contactent individuellement pour les interviewer ou les rencontrent dans le cadre d'une  conférence de presse, avec d'autres confrères
et consœurs. Les sources doivent être fiables. Pour s'en assurer, mieux vaut les confronter en "croisant" leurs propos. Elles forment un précieux réseau que le journaliste protège, si besoin, refusant de divulguer leur identité en cas de difficulté.

Ça veut dire quoi, aller sur le terrain ?

Ça signifie que l'info se trouve dans la vie.

Les journalistes vont souvent dans les collèges. Logique : les lecteurs sont des ados et les rencontrer est essentiel pour trouver la bonne façon de leur parler. Un journaliste en rédaction locale fréquentera les mairies, les cafés, les commissariats... pour informer au plus près les habitants de sa région. Pour cela, il faut soit traverser la rue, soit prendre l'avion afin de témoigner de ce qui se passe à l'étranger. Entre le proche et le lointain, l'important et le moins important, le tragique et le positif, chaque média diffuse des informations différentes en les adaptant à son public. fera l'impasse sur les cours du pétrole, qui passionneront les lecteurs d'un magazine économique !

Quel est le rôle du journaliste ?

Exposer les faits dans un effort d'objectivité et d'indépendance.

Le journaliste est un médiateur, qui expose honnêtement la réalité des faits. Pas toujours simple en temps de crise, dans un contexte de forte concurrence qui pousse à aller (trop) vite. Sur Internet, notamment, des sites se contentent de relayer de l'information publiée ailleurs, sans l'enrichir ni la vérifier. Intox et autres manipulations y circulent aussi sous de fausses apparences journalistiques. Plus globalement, il existe dans l'opinion un sentiment de méfiance vis-à-vis des médias, soupçonnés de copiner avec les hommes politiques... ou d'être vendus à la pub.

Faut-il faire confiance aux journalistes ?

La carte professionnelle reste une bonne garantie.

Normalement... oui. La profession se soumet à une charte de déontologie qui encadre ses pratiques contre les risques de dérives. Un exemple ?
Ne jamais déformer des propos qui lui ont été confiés ! Les journalistes restent des pros de l'information, un élément important de notre démocratie.

/!\  La boîte à outil du fact checking  /!\

La vérification des faits (en anglais, fact checking) est une méthode qui consiste à valider l’exactitude des affirmations, chiffres... cités dans un texte. Chacun peut le faire en se posant les bonnes questions.

Les noms, prénoms et identité des sources sont-ils clairement indiqués ?
Sait-on exactement où et quand les événements se sont déroulés ?
Les photos publiées se rapportent-elles à ces événements ?
Les personnes interviewées tiennent-elles des propos cohérents sur les réseaux sociaux ?
L’information circule-t-elle dans d’autres médias ?

Attention ! Si on répond avec beaucoup de “non” à ces interrogations, alors on peut avoir des soupçons sur l’info qui est peut-être erronée, incomplète ou fausse !

Au journal Le Monde, l’équipe des Décodeurs fait la chasse aux intox Elle vient de mettre en place un outil, le Decodex, qui référence des centaines de sites, blogs, chaînes YouTube... en pointant ceux qui diffusent des articles trompeurs ou manipulateurs : http://www.lemonde.fr/les-decodeurs/

Commentaires   

0 #2 Zacharie 12-06-2017 06:30
Les journalistes ont des contacts. Ils rencontrent plein de gens qui savent des choses et leur en parlent. C'est leur métier de tout savoir avant nous. Les événements importants, les enquêtes sur les attentats par exemple, c'est mieux de les suivre à la télé ou dans les journaux.
Citer
0 #1 Késia 12-06-2017 06:30
Pour être informée, je regarde les journaux télé ou je lis... Parfois, ce sont simplement d'autres personnes qui nous annoncent des nouvelles. Mais il faut les vérifier car ce n est pas toujours vrai. Idem sur les réseaux sociaux. Je crois qu'on y trouve de vraies informations intéressantes. Seulement, il faut faire le tri.
Citer

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

On se couchera moins bête ce soir ! Comment s'appellent les dieux hindous ?
Les hindous croient qu’il n’y a qu’un seul dieu qu’ils nomment Brahman.
Les autres dieux hindous ne sont que des facettes différentes de Brahman et ils sont nombreux. Parmi eux, les trois principaux sont Brahmâ le créateur, Vishnu le dieu de la paix et Shiva le dieu de la destruction et du renouveau. Mais Vishnu, par exemple, a pris plusieurs formes pour venir sur terre et y ramener l’ordre. La plus connue de ces formes est Krishna. Et il existe encore d’autres dieux, visages du Brahman. Le plus populaire d’entre eux est très certainement Ganesh, le dieu éléphant. Ganesh est un protecteur qui éloigne les obstacles. Les hindous l’invoquent à chaque moment important de leur vie quotidienne.