Comment parvenir à nourrir le monde sans détruire la planète ?

Le menu du futur

Aujourd'hui, nous sommes 7 milliards de Terriens. En 2050, 2 milliards de plus. Comment tous nous nourrir ?
Voici un avant-goût de nos probables repas.

Le constat est toujours le même : l'homme des pays riches se nourrit au mépris de la planète. Il détruit les forêts, cultive de manière intensive (sur de grandes surfaces en peu de temps), utilise trop de produits chimiques (pesticides) et a peu de considération vis-à-vis des animaux. Tout cela afin de fabriquer des aliments moins bons pour l'organisme et produire du gaz à effet de serre (les dix plus grosses entreprises agroalimentaires en émettent plus que quatre pays nordiques) ! Qu'en sera-t-il en 2050, avec 2 milliards de bouches en plus à nourrir? Pour concilier population grandissante et préservation de l'environnement, des solutions émergent.

Dans la nature

Les ressources de Dame Nature ne sont pas toutes épuisées. Si l'on veut bien goûter à autre chose que le steak-frites.

  •  Les insectes :
    Que dirais-tu d'une salade de sauterelles caramélisées en entrée ?
    En Asie, on raffole de ces bestioles qui sont aussi nourrissantes que la viande. En plus, c'est moins onéreux à produire et moins polluant que l'élevage de bœufs, cochons, poulets.
  • Les algues :
    Dans le monde, 145 espèces d'algues sont consommées, notamment au Japon. L'une d'elles, la spiruline ou "algue bleue", est très riche en protéines et en fer. L'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture estime qu'elle pourrait résoudre les pénuries alimentaires dans les pays pauvres.

Dans les labos

Les scientifiques seront-ils les cuisiniers du futur ? Ce qui est sûr, c'est que de nombreux laboratoires travaillent sur la nourriture de demain.

  • Les aliments en gélules :
    Les aliments en gélules Une gélule verte pour la salade, une pilule rouge pour les lasagnes et une jaune pour la compote, voilà à quoi pourrait ressembler un jour un repas complet. Sous forme de comprimés ou de poudre, les micronutriments nourriraient tout en réduisant les risques liés à une alimentation trop grasse et trop sucrée (obésité, excès de cholestérol, etc.).
  • La nourriture 3 D :
    Les imprimantes 3D s'imposeront-elles dans nos cuisines ? C'est le pari d'une société espagnole qui a inventé Foodini. Sur une tablette, tu choisis une recette, et l'imprimante 3D indique avec quels ingrédients frais tu dois remplir ses réservoirs. Puis elle ''imprime" le plat. Reste plus qu'à les cuire. Pratique pour une pizza, beaucoup moins pour un bœuf bourguignon !
  • De la viande in vitro :
    Un chercheur néerlandais a eu une drôle d’idée. Il a créé un steak haché à partir de cellules-souches d'une vache. En laboratoire, il les a multipliées pour les compacter afin d'en faire un amas de fibres musculaires. L'intérêt ? Pas d'animaux abattus, moins de gaz à effet de serre (produits par les animaux avant qu'ils soient tués) et moins de consommation d'eau (pour abreuver le bétail et cultiver leurs aliments).

Les insectes à l'apéro !

« ... Au rayon épicerie salée de Nature & Découvertes, je choisis des vers de farine comestibles, saveur "ail et fines herbes". J'ouvre le sachet et, là, à la vue des bestioles séchées, mon estomac se serre. J'en prends une pincée, j'hésite deux secondes et j'avale. Le goût d'ail est très fort, puis je perçois un arrière-goût de terre.
Verdict: pas très appétissant, un peu croustillant... Bon, ça devrait le faire avec un peu d'entraînement !. ... »

Pas de panique

Insectes, algues, nourriture high-tech ou viande en comprimés... Tout cela semble bien étrange. Mais, après tout, en France, on mange bien des cuisses de grenouille, des escargots et des crevettes grises! Comme quoi, tout est possible...

Stop au gâchis !

Les Français jettent de 1,2 à 6 millions de tonnes de nourriture par an.

On se couchera moins bête ce soir ! Comment le renard construit sa maison ?
Il creuse trois terriers sous la terre : un petit, très frais, pour passer l'été, un plus grand, pour s'abriter l'hiver, et un dernier où il place ses réserves de nourriture.