La Toussaint, qui devrait être une fête de joie et d'allégresse, est devenue une triste commémoration des morts, avec passage obligé sur la tombe des défunts de la famille. Car, deux fêtes se suivent et se confondent : celle des saints et celle des morts. Pas de quoi rire !

Novembre, le mois des morts

Le mois de novembre, c'est déjà presque L'hiver ! « À la Toussaint, le froid revient et met l'hiver en train », disait-on. Le soleil décline et la lumière du jour perd de sa vivacité. Depuis toujours, les hommes étaient angoissés à l'idée que le soleil disparaisse définitivement. C'est pour cela que le mois de novembre s'est chargé de nombreuses fêtes du souvenir des morts.

Changements de dates

À l'origine, la Toussaint n'était pas célébrée en novembre, mais en plein mois de juin. Au début du VI? siècle, le pape Boniface IV fixe cette fête au 13 mai. En 875, changement de saison : « Ce sera le 1er novembre ! » décrète solennellement le pape Grégoire IV.

Tous saints !

Pour les chrétiens, la Toussaint est la fête de tous ceux qui ont témoigné de l'Évangile jusqu'à la mort. Au début, elle concernait surtout les martyrs. Puis, quand les chrétiens ne furent plus persécutés, on honora la mémoire des personnes qui avaient mené une vie exemplaire. Aujourd'hui, L'Église a déclaré martyres et saintes plus de 40 000 personnes ! Cela en fait du monde, au paradis !.
Mais la Toussaint, c'est aussi la fête de tous ceux qui sont restés inconnus ainsi que la fête des chrétiens vivants, considérés comme des « saints » en devenir.

Martyr

Dès le Ier siècle, les Romains ont persécuté les chrétiens en les condamnant à mort. Les supplices étaient terrifiants : on livrait hommes, femmes et enfants aux fauves, au feu ou aux chaînes. Ces chrétiens qui sont morts en raison de leur foi en Dieu sont appelés des martyrs.

Le chrysanthème

Cette fleur, qu'on appelle parfois la marguerite des morts, nous vient du Japon et symbolise l'immortalité.

Jour férié

En France, si la Toussaint est un jour férié, ce n'est pas en raison de son contenu religieux. En effet, ce jour a été choisi en 1886 par la République pour endre un vibrant hommage aux morts pour la patrie.

Après les saints, les défunts, Le 2 novembre

En 998, saint Odilon, l'abbé de Cluny, la plus grande abbaye de toute la chrétienté, établit au 2 novembre une messe solennelle « pour tous les morts qui dorment en France ». Le jour des morts connaît un immense succès. Après avoir fêté tous les saints la veille, on fête tous les morts.
Le 2 novembre, la foule envahit les cimetières. Les familles se recueillent sur les tombes d'un parent proche et y déposent des bouquets de chrysanthèmes.

On se couchera moins bête ce soir ! Comment le renard construit sa maison ?
Il creuse trois terriers sous la terre : un petit, très frais, pour passer l'été, un plus grand, pour s'abriter l'hiver, et un dernier où il place ses réserves de nourriture.