Le Père Noël, j'y crois ou j'y crois pas ?

Tout le monde connaît ses joues rebondies, tendres comme du pain d'épices, sa longue barbe blanche douce comme de la ouate, ses yeux luisants comme des sucres d'orge et pétillant de malice, sa vaste houppelande bordée d'hermine, et bien sûr sa hotte remplie de cadeaux... C'est bien lui, le Père Noël ! Quel étrange et fascinant personnage ! Nul ne sait d'où il vient, mais il existe... c'est sûr !

Le Père Noël est-il américain ?

Même si le Père Noël tient un peu de saint Nicolas, né en Turquie et très populaire dans les pays du nord de l'Europe, on peut dire que les principaux inventeurs du Père Noël sont américains.
Si le Père Noël avait un père, ce serait sans doute le dessinateur américain Thomas Nast. En 1862, celui-ci le croque en joyeux vieillard à barbe blanche et vareuse bordée de fourrure blanche, pantalon bouffant et large ceinture de cuir. En 1885, il le place dans un long traîneau tiré par un troupeau de rennes. On lui invente même un pays natal, le pôle Nord, là où se trouve son usine à jouets, enfouie sous la glace et la neige.

Saint Nicolas

Saint Nicolas est fêté presque trois semaines avant Noël, le 6 décembre. Mais, comme on sait très peu de chose sur ce saint évêque né en Turquie en 270, on s'est mis à raconter toutes sortes de légendes à son propos. Deux de ces légendes auraient conduit au fil des siècles à créer de toutes pièces un nouveau personnage, celui qu'on attend avec impatience : le Père Noël !
Première légende de saint Nicolas :
Il aurait, dit-on, ressuscité trois petits garçons tués et mis au saloir par un affreux boucher. Saint Nicolas devient du coup le grand ami des enfants. À la fin du Moyen Âge, en Hollande, il comble de friandises et de présents les plus sages d'entre eux. Plus tard, au XVIIe siècle, de nombreux Hollandais émigrent en Amérique pour y chercher fortune. Ils emportent dans leurs bagages le personnage de saint Nicolas, appelé aussi Santa Claus.
Deuxième légende de saint Nicolas :
En 1809, un écrivain américain, Irving Washington, publie une drôle de nouvelle, l' Histoire de Knickerbocker's. Un vrai conte de Noël : après un naufrage, un marin hollandais voit apparaître en songe saint Nicolas en personne. Il lui demande de fonder une ville sur l'île de Manahatta. Ce sera la ville de New York, bâtie sur l'île de Manhattan. En échange, saint Nicolas promet de rendre visite à tous les habitants de la ville sur son char céleste, en descendant par les cheminées. Ça te rappelle quelque chose ?

Le Père Noël séduit l'Europe

En Europe, le Père Noël tarde à venir. Il faut attendre le lendemain de la Seconde Guerre mondiale pour voir apparaître comme par magie, dans les rues et les grands magasins, sa silhouette sympathique. En France, il devient populaire en 1946, grâce à la célèbre chanson interprétée par Tino Rossi, « Petit Papa Noël ».

Petit Papa Noël

En 1946, le chanteur Tino Rossi tourne dans Destins, un film de Richard Pottier. Il y joue le rôle d'un chanteur international. À cette occasion, il interprète une chanson de Noël pour les enfants, sur des paroles de Raymond Vincy et  une musique d'Henri Martinet. Ainsi naît « Petit Papa Noël ». Succès immédiat !. En dix ans, 30 millions de disques sont vendus, ce qui constitue un record absolu pour une chanson de ce genre.

Des cousins vite oubliés

Dans certaines régions, il existait bien des personnages qui lui ressemblaient, sans doute des cousins éloignés, comme le Père Chalande en Savoie, le Père Janvier en Bourgogne, la Chauche-Vieille ou la Tante Arié (des « Mères Noël », en quelque sorte), en Franche-Comté et en Suisse. Aujourd'hui, ces personnages ont presque tous disparu. Il n'y a qu'un Père Noël, et celui-là, on n'est pas près de le voir disparaître.

Un arbre dans ma maison ?.

Et le sapin, que l'on décore avec tant de soin, d'où vient-il ?
Les Romains, encore eux, ornaient déjà leurs maisons de branches de laurier, qui symbolisaient la vie et l'immortalité, à l'occasion des Saturnales. Bien plus tard, au Moyen Âge, en Alsace puis en Allemagne, on se mit à décorer des arbres devant les églises. En effet, on jouait sur les parvis des pièces de théâtre qui racontaient la grande histoire de Dieu, depuis le récit de la Création du monde jusqu'à la naissance de Jésus. Pour évoquer l'arbre de vie du Paradis avec ses fruits bien tentants, on suspendait des pommes rouges aux branches d'un arbre vert... un sapin, par exemple, qui a la chance de ne pas perdre ses aiguilles en hiver ! L'habitude de décorer le sapin de Noël s'est développée à partir du XIXe siècle.

Sapin de Noël

Dès le XVIe siècle, en Alsace et dans les pays germaniques, on décorait des arbres verts. En France, en 1837, la belle-fille du roi Louis-Philippe, hélène de Meklenbourg, d'origine allemande, se souvient des beaux sapins de son enfance. Elle fait planter le premier sapin de Noël dans le jardin des Tuileries. Quatre ans plus tard, en Angleterre, le prince Albert, lui aussi d'origine allemande, époux de la reine Victoria, introduit le sapin au château des Windsor. Après la guerre de 1870, de nombreux Alsaciens émigrent à Paris. Ils font connaître la tradition du sapin de Noël. On disait même que « là où il y a une famille alsacienne, il y a un sapin de Noël ».

La fête des estomacs

Que serait Noël sans un bon repas, parfois un peu... long ? Saumon fumé ou homard, huîtres ou escargots, dinde ou chapon, foie gras, rien n'est trop bon pour satisfaire les convives les plus gloutons ! Cette tradition du copieux dîner de réveillon remonte au début du XXe siècle, l'époque où, dans les pays occidentaux, il était devenu plus facile de se procurer des mets raffinés. L'orange était alors considérée comme un fruit exotique rare. Très vite, on prit l'habitude d'en offrir aux enfants. Ah ! qu'elle était succulente, cette étrange « pomme d'orange » ! Ravis, les enfants ne mangeaient qu'un quartier par jour, qui portait le nom du jour de la semaine. Mais en France, le dessert traditionnel par excellence, c'est évidemment la bûche de Noël. Rien qu'à l'évoquer, l'eau monte à la bouche !

Bûche

Ce délicieux gâteau, créé en 1875 par un pâtissier parisien, remplace aujourd'hui la vraie bûche de bois qu'on plaçait dans la cheminée avant de se rendre à la messe de minuit. Cette coutume rappelle sans doute les feux sacrés que l'on allumait dans les pays nordiques pour ranimer le feu solaire. Les chrétiens en ont gardé le chaleureux souvenir. Bénite, la bûche devait se consumer toute la nuit et parfois jusqu'à la fête des Rois, le 6 janvier !.

Et pour finir... CE QUI INTÉRESSE TOUT LE MONDE !

Après la bûche, la distribution des cadeaux peut commencer. Les cadeaux... Mot magique ! Réunis autour du sapin, les membres de la famille découvrent des présents emballés dans du papier aux mille et une couleurs chatoyantes. Cette habitude d'offrir des cadeaux la veille ou le jour de Noël remonte au XIXe siècle. Elle est apparue en Angleterre puis aux États-Unis. En ce temps-là, les familles aisées offraient des présents à leurs enfants sages : un cerceau enrubanné, un cheval de bois, une poupée. Les consoles électroniques, les trottinettes ou les rollers ont remplacé aujourd'hui ces antiques jouets, mais l'excitation procurée par ces mystérieux paquets, discrètement posés sous le sapin, est restée intacte.

Sapin illuminé, cadeaux échangés en famille, bon repas qui rassemble tout le monde autour d'une table richement décorée, conclu par la traditionnelle bûche, tous Les ingrédients sont réunis pour que la fête soit réussie.

Noël, fête des enfants, fête des cadeaux ?

Souvent, on entend dire : « Oh, Noël, c'est devenu une fête commerciale ! » C'est vrai. Dans les magasins, quelle bousculade pour acheter le sapin, la dinde, la bûche et les derniers cadeaux !.
Même si l'on peut critiquer les dépenses excessives, la fête de Noël réjouit tout le monde, les petits comme les grands. C'est L'occasion où la famille se retrouve, et où chacun cherche à faire plaisir aux autres.
Mais Noël, c'est avant tout une fête chrétienne. Les chrétiens du monde entier célèbrent la naissance de Jésus, qu'ils reconnaissent comme le Fils de Dieu, venu sur terre pour apporter un message d'espérance. Aujourd'hui, beaucoup de gens, croyants ou non, chrétiens ou non, ont adopté Noël, et ses valeurs de partage et de paix.

Joyeux Noël à tous !

On se couchera moins bête ce soir ! Comment le renard construit sa maison ?
Il creuse trois terriers sous la terre : un petit, très frais, pour passer l'été, un plus grand, pour s'abriter l'hiver, et un dernier où il place ses réserves de nourriture.