É-pi-pha-nie

Épiphanie, quel nom curieux ! Il s'agit d'un mot grec, qui veut dire « manifestation ». Vers 140, Les chrétiens d'Orient ont choisi cette date pour célébrer la « manifestation » du Christ, sa venue sur terre. C'est aussi le jour où il s'est fait connaître comme fils de Dieu, lors de son baptême dans le Jourdain, vers l'âge de trente ans.

Trois fêtes en une !

Depuis, on a gardé la date, 6 janvier, et le mot, épiphanie, mais à vrai dire on fête autre chose que la manifestation du Christ ! Les chrétiens d'Orient, qu'on appelle aussi les orthodoxes, célèbrent toujours ce jour-là la naissance et le baptême de Jésus. Pour les chrétiens d'Occident, l'Épiphanie rappelle la visite des mages à l'enfant Jésus, racontée par l'évangéliste Matthieu.

L'histoire des rois mages

À peine Jésus est-il né à Bethléem que surgissent des mages. Ils viennent « des orients », de ces lointains pays à l'est de la Palestine, au-delà du désert. Guidés par une étoile mystérieuse, ils arrivent à Jérusalem et réclament audience au maître de la cité, le cruel roi Hérode le Grand. « Où est le roi des Juifs qui vient de naître ? lui demandent-ils. Nous avons vu se lever son étoile, et nous sommes venus nous prosterner devant lui. »
Inquiet pour son propre pouvoir, Hérode prend conseil auprès des prêtres et des scribes d'Israël. Il apprend que, selon le prophète Michée, le Messie doit naître à Bethléem. Après avoir promis à Hérode de tout lui rapporter, les mages s'y rendent. Aux abords de Bethléem, l'étoile qui les avait guidés arrête sa course au-dessus d'une étable. Les mages y entrent alors, découvrent l'enfant emmailloté, se prosternent devant lui et lui offrent de somptueux présents. Au moment du départ, un ange de Dieu les avertit en songe de ne pas informer Hérode. Ils rentrent dans leur pays en empruntant un autre chemin.

Les cadeaux des mages

On dit que Melchior apporta la myrrhe. Cette résine odorante était utilisée pour embaumer les corps. Est-ce une façon d'annoncer que l'homme Jésus connaîtra la mort ?. Balthazar vint avec de l'or, cadeau royal, pour honorer Jésus, roi de l'univers. Gaspard, enfin, offrit l'encens qui évoque la divinité de Jésus. Pas de galette, dans tout ça.

Des personnages mystérieux

Qui sont les mages ? Combien sont-ils ? D'où viennent-ils ? La Bible ne donne aucune précision. Le terme « mage » désigne à la fois des savants, des astrologues, des magiciens. Selon un auteur grec du VIIe siècle, ils étaient trois et s'appelaient Bithisarea, Melichior et Gathaspa. Deux siècles plus tard, ces noms furent transformés en Balthazar, Melchior et Gaspard. Les trois visiteurs symbolisaient les races humaines. C'est pour cela que l'on prit l'habitude de représenter Balthazar avec la peau foncée.
On dit « rois mages », pourtant une chose est sûre : les mages ne sont pas des rois. Mais ils étaient parmi les premiers à reconnaître en un bébé le fils de Dieu. Seuls des personnages très importants pouvaient avoir une telle sagesse ! Rapidement, on se persuada qu'ils ne pouvaient être que des rois. Pas besoin de fève pour être couronné !

Étoile filante, planète, comète ?.

Poussée par la curiosité, les plus grands astronomes d'aujourd'hui ont cherché à savoir si le phénomène céleste évoqué dans la Bible avait pu avoir lieu, ou si ce n'était qu'une légende. Ils ont pu calculer qu'en l'an 6 avant notre ère, il y a eu un très rare rapprochement des planètes Mercure, Jupiter et Saturne. C'est une piste possible. ...
En tout cas, l'étoile de Bethléem n'était pas une comète, car pour les hommes de ce temps la comète annonçait un grand malheur. En revanche, selon la tradition juive, pour signifier la naissance d'un homme choisi par Dieu, on dit que son étoile s'est levée dans le ciel. La présence de cette étoile dans la Bible serait ainsi plus un symbole qu'un phénomène cosmique.

La galette

Cependant tout cela ne nous dit pas pourquoi l'on mange une galette en ce jour de fête ! La tradition est ancienne : elle est attestée pour la première fois en France en 1311. Ronde comme le soleil, feuilletée à Paris, briochée à Lyon, sous la forme d'une couronne en Provence, souvent fourrée à la frangipane, savoureuse pâte d'amande, la galette est toujours associée à une fève et une couronne.

La galette du président

En France, le président de la République invite chaque année de nombreux enfants pour manger la galette. Mais aucun d'entre eux n'est sacré roi : depuis la révolution de 1789, la France n'est plus une monarchie, mais une République !. <

La fève

À l'origine, il s'agissait d'une vraie fève, c'est-à-dire d'un petit haricot. La forme de la graine de ce légume est celle d'un embryon : c'est pour cela qu'on lui attribue des vertus de fécondité. En 1875, au nord de l'Allemagne, le haricot est remplacé par une fève en porcelaine, devenue aujourd'hui un objet de collection. On utilise encore le mot fève, pourtant toutes les formes sont permises : santons, petites voitures, personnages de dessins animés...

Le choix du roi

Qu'elle soit une figurine en porcelaine ou un vrai haricot, la fève est toujours considérée comme un porte-bonheur. D'ailleurs, quand on tombe dessus, ça fait mal aux dents, mais on est immédiatement couronné. Pour éviter toute tricherie, le plus jeune se glisse sous la table pour ordonner la distribution des parts. L'élection d'un roi, c'est du sérieux !

On se couchera moins bête ce soir ! Comment le renard construit sa maison ?
Il creuse trois terriers sous la terre : un petit, très frais, pour passer l'été, un plus grand, pour s'abriter l'hiver, et un dernier où il place ses réserves de nourriture.