Un mois de carnaval, génial !

Autrefois, Carnaval était un temps de réjouissances entre l'épiphanie (6 janvier) et le mercredi des Cendres, qui marque le début du Carême. Plus d'un mois de folle gaieté, ils en avaient, de la chance, nos ancêtres ! Aujourd'hui, la fête dure habituellement un jour. C'est le Mardi gras, veille du Mercredi des Cendres.

Mardi gras

« Carnaval » vient d'une expression latine, carne levare, qui veut dire « enlever la viande », autrement dit : « plus de viande ! ».
Précédant le Mercredi des Cendres, qui est le début de la longue période de jeune du Carême, ce jour annonçait bien la couleur : « Profitons-en, mangeons le bœuf gras avant que la viande ne soit interdite. » Carnaval devint tout naturellement un jour « gras », en opposition aux jours « maigres » qui allaient suivre.

L'éloge de la folie

Depuis la plus haute Antiquité, le mois de février est propice à toutes sortes de débordements. Ce qui était interdit devenait alors possible, l'espace d'un jour et d'une nuit. Les Grecs, les Égyptiens, les Hébreux, tous les peuples de L'Antiquité avaient leur fête des fous. Durant chacune de ces fêtes, tout fonctionnait à l'envers : les esclaves prenaient la place des maîtres de maison et se faisaient servir à table par ces derniers tout en les insultant copieusement ! Très tôt, donc, à Carnaval, on prit l'habitude de transgresser les règles morales et sociales. Grâce aux déguisements, à la satire et à l'humour, les rapports établis entre riches et pauvres, paysans et bourgeois, clercs ou soldats disparaissaient.

Villes en délire

Dans certaines villes, comme Nice, Dunkerque, Venise, Cologne..., Carnaval est fêté pendant plusieurs jours. Le plus célèbre, c'est celui de Rio de Janeiro, au Brésil. Là-bas, c'est encore l'été ! Pendant cinq soirs, tous les habitants arborent des costumes incroyablement colorés et défilent dans les rues au rythme de la salsa et de la samba. On désigne les meilleurs danseurs à l'issue d'un concours. À Nice, d'énormes personnages grotesques, juchés sur des chars, attirent une foule costumée.

Le roi du Carnaval

Au Moyen Age, les villageois confectionnaient un grand mannequin, le sacraient roi Carnaval, et le faisaient défiler en tête d'un joyeux cortège. À la tombée de la nuit, ce pantin, rendu coupable des bêtises de chacun, était jugé par un faux tribunal. Le verdict était chaque année le même : « Carnaval, tu seras brûlé ! » On chantait et dansait autour du feu, dans lequel disparaissaient le mannequin, les bêtises, et les mauvais esprits ! Certains y jetaient aussi leurs masques. Dans certaines régions de France, cette tradition est encore vivante.

On se couchera moins bête ce soir ! Comment le renard construit sa maison ?
Il creuse trois terriers sous la terre : un petit, très frais, pour passer l'été, un plus grand, pour s'abriter l'hiver, et un dernier où il place ses réserves de nourriture.