Deux fêtes de Pâques

Pour les chrétiens, Pâques est la plus grande fête de l'année. Elle célèbre la mort et la résurrection du Christ. Mais les juifs fêtaient la Pâque bien avant les chrétiens.

Pâques

L'origine de ce mot vient de Pessa'h, un mot hébreu, la langue des juifs, qui veut dire « passage ». Dans la Bible, on voit apparaître ce mot pour la première fois au livre de l'Exode (12,11), pour le fameux passage de la mer Rouge.
On dit « la Pâque » pour évoquer la fête juive, mais on écrit « Pâques » au pluriel pour la fête chrétienne.

Le passage de la mer Rouge

En 1300 avant Jésus Christ, Pharaon, roi d'Égypte, avait réduit à l'esclavage le peuple des Hébreux. Privé de terre et de liberté, ce peuple n'en peut plus d'endurer le joug du tyran égyptien. Dieu entend la souffrance de son peuple. Un jour, il prévient Moïse : c'est lui qui aura pour mission de libérer le peuple et de le conduire par-delà le désert, vers une terre nouvelle. Le départ vers cette Terre promise est précipité. Poursuivis par Pharaon et son armée, les Hébreux, conduits par Moïse, fuient vers la mer Rouge. Dieu ouvre la mer, et ils peuvent la franchir à pied sec. Voyant les flots de la mer Rouge miraculeusement retenus, Pharaon ordonne à son armée de se lancer à travers le gué. Mais c'est compter sans la colère de Dieu. Les flots se referment et engloutissent toute l'armée de Pharaon.

La pâque juive

C'est cet épisode, le passage de la mer Rouge et la libération de leur peuple, que fêtent les juifs lors de la Pâque.
Pendant une semaine, on ne mange plus d'aliments contenant du levain, pour rappeler le départ précipité des Hébreux, qui n'avaient même pas eu le temps de faire lever les pains.
Le soir de la Pâque, on se réunit autour d'un grand repas joyeux, et on sert du vin dans quatre verres, qui correspondent aux étapes de la délivrance : la fin des corvées, l'émancipation, la libération et l'adoption des juifs par Dieu comme peuple élu.

La dernière Pâque de Jésus

Jésus était juif, et chaque année, il célébrait la Pâque avec sa famille. Au début des années 30, Jésus parcourt les routes de Galilée. Suivi par des milliers de personnes, il guérit des malades, rend la vue aux aveugles, redonne force et vie aux paralysés et, surtout, annonce un royaume de justice et de paix. Cette année-là donc, une semaine avant la Pâque, il entre dans la ville de Jérusalem, acclamé par une foule en liesse. Les hommes, les femmes et les enfants brandissent des rameaux d'oliviers et des palmes comme s'ils accueillaient un grand roi.

Le dimanche des Rameaux

Aujourd'hui encore, les chrétiens commémorent l'entrée triomphale de Jésus dans Jérusalem en fêtant les Rameaux, le dimanche précédant Pâques. Ils se rendent à la messe avec des branches de buis, de laurier, qui sont bénies au cours de la cérémonie.

La fête est de courte durée

Quatre jours plus tard, Jésus réunit tous ses disciples pour le repas de la Pâque. Ce sera le dernier qu'il prendra avec eux. Dans la nuit, Jésus, trahi par un de ses disciples, Judas, est arrêté, puis conduit devant Pilate, le gouverneur romain. Soumis à la torture, il est condamné à mort. On le cloue sur une croix. Il meurt peu de temps après. Il est enterré en dehors de la ville, sur le mont des Oliviers.

Il est mort, mais il est vivant

Trois jours après la mort du Christ (en comptant le vendredi comme premier jour), des femmes se rendent à son tombeau. Et là, stupeur ! elles voient que l'énorme pierre tombale a été roulée, et que le corps a disparu. Il ne reste plus que Le linceul et le linge. C'est alors que Jésus apparaît, vivant, à une de ces femmes, Marie-Madeleine.

La semaine sainte

La semaine qui précède le dimanche de Pâques est appelée Semaine sainte. Les chrétiens rappellent les derniers moments de la vie de Jésus.
Le dernier repas de Jésus est appelé la Cène, ce qui veut dire en latin « repas du soir ». Les chrétiens le commémorent le Jeudi saint.
Le Vendredi saint, ils célèbrent la Passion du Christ, à savoir son arrestation, sa condamnation, sa mort.
Le lendemain, Samedi saint, la tradition rapporte que le Christ descend aux enfers. C'est le seul jour de l'année où il n'y a pas de messe.

Comme une traînée de poudre

Folle de joie, Marie-Madeleine s'empresse d'annoncer l'incroyable nouvelle : « Il est ressuscité ! » La rumeur se répand, relayée bientôt par les apôtres eux-mêmes. Nombreux alors sont ceux qui rencontrent le Christ ressuscité, et encore plus nombreux ceux qui sont témoins de miracles extraordinaires. De nombreux juifs deviennent disciples du Christ, suivis très vite par des païens, Grecs et Romains. Le christianisme naît à la suite de cette joyeuse nouvelle, fêtée le dimanche de Pâques.

La date de Pâques

La Pâque juive et La fête chrétienne de Pâques sont donc fêtées à peu près au même moment. La fête chrétienne est toujours célébrée un dimanche. C'est le dimanche qui suit la première pleine lune après l'équinoxe de printemps. C'est pour cela que la date est mobile, et que Pâques peut être célébré entre Le 22 mars et le 25 avril.

Quel rapport avec l'œuf ?

Dans de nombreuses civilisations, l'œuf est associé à l'origine du monde, ainsi qu'au retour du printemps. En Perse, pour le jour de l'an, fixé à l'équinoxe de printemps, on offrait des œufs décorés. Cette tradition est encore vivante en Europe centrale et en Ukraine. La date de Pâques coïncide avec cette tradition ancienne. Pour cette raison, l'œuf, symbole de vie, a été associé à Pâques, fête de la vie nouvelle. « Christ est ressuscité ! Il est vraiment ressuscité ! », disent les orthodoxes, en s'échangeant des œufs bénits.
Décoré, en bois ou en chocolat, l'œuf envahit toute la maison. On le cache dans le jardin, on en garnit des bouquets, on le cherche, on le mange !

Les cloches de Pâques

Après avoir sonné à toute volée le chant du Gloria, pendant la messe du Jeudi saint, les cloches se taisent jusqu'à la nuit de Pâques. Elles rappellent ainsi la mort du Christ. On dit que les cloches s'envolent pour Rome pour y accomplir leurs Pâques, pour déjeuner avec le pape ou se confesser à lui. Au retour, pour annoncer la résurrection du Christ, elles déversent une pluie de friandises dans les jardins et les prés.

Qui pond des œufs ?

Les poules, bien sûr ! Mais en France on parle aussi des cloches. En Allemagne et en Autriche, en Grande-Bretagne, et même en Alsace, c'est un lièvre qui pond ses œufs dans un nid ! Pourtant les lièvres, les cloches, ça ne pond pas d'œufs...

Le lièvre de Pâques

C'est vrai, le lièvre ne pond pas d'œufs. Mais son gîte est une cavité creusée dans le sol et garnie de branchages: on dirait un nid. Pour cette raison, et comme cet animal se reproduit rapidement, on l'a associé à l'œuf, symbole de fertilité et de fécondité.

Vive la vie !

Pâques est la plus importante fête chrétienne de l'année, plus importante même que Noël.
Elle invite les chrétiens à reconnaître dans l'homme Jésus le Fils de Dieu, venu sauver tous les hommes. Pâques rappelle cette incroyable nouvelle qui résiste tant à l'esprit humain : le Christ, mort pour les péchés des hommes, est revenu à la vie. Ainsi, Pâques rappelle la promesse du Christ : « Je suis avec vous pour toujours. » Croire en la résurrection du Christ, c'est croire que la mort, les guerres, les conflits meurtriers n'auront jamais le dernier mot. Pour les chrétiens, Pâques est donc la fête de l'espérance.

On se couchera moins bête ce soir ! Comment le renard construit sa maison ?
Il creuse trois terriers sous la terre : un petit, très frais, pour passer l'été, un plus grand, pour s'abriter l'hiver, et un dernier où il place ses réserves de nourriture.