Je suis toujours sur la défensive

Plus d'informations
il y a 2 ans 2 mois #529 par Anonyme
Réponse de Anonyme sur le sujet Je suis toujours sur la défensive
Je sais bien que parfois, lorsqu'on te reproche quelque chose, tu n'es pas d’accord, tu penses que ce n'est pas si important et tu le fais savoir en répondant. Le problème c'est que, au collège, répondre est insolent et sérieusement puni.
Si tu ne comprends pas ce qu’un professeur te reproche, va lui en parler a la fin du cours, mais ne t’énerve pas ! Car, là encore, tu passeras pour insolente. Fais bien attention à ce que tu dis et tu verras que, petit à petit, ça ira mieux.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
il y a 2 ans 2 mois #530 par Anonyme
Réponse de Anonyme sur le sujet Je suis toujours sur la défensive
On ne change pas ce que l'on est en claquant des doigts : tu es comme ça, il faut que ton entourage le comprenne et l'accepte. Mais, lorsque tu sens que tu vas t'énerver, que ça brûle en toi, que tu as envie de crier, respire un bon coup et adresse simplement un sourire. Un mot, c'est comme une balle : si elle ne tue pas, elle blesse. Bonne chance !.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
il y a 2 ans 2 mois #531 par Anonyme
Réponse de Anonyme sur le sujet Je suis toujours sur la défensive
Dans le monde animal, l’un des réflexes est d’attaquer quand il y a un danger. Chez les humains, ce comportement existe aussi. Celui qui se sent pris à partie, incompris, se braque et finit par devenir agressif.

Peut-être gardes-tu trop de choses en toi, tes problèmes d’école, d’amis ou de famille. Tu tais tes opinions, tu caches ton ressenti et, à un moment donné, c'est l’explosion. Comme un autocuiseur sous pression qui n’aurait pas de soupape pour laisser échapper sa vapeur. À cela s'ajoute le fait que l’adolescence est une période propice aux sautes d'humeur. En général, tu as besoin d'affirmer qui tu es, de confronter tes idées à celles des autres et particulièrement à celles de tes parents. Et les discussions finissent souvent par une "tempête dans un verre d’eau”. Il est pourtant nécessaire de sortir de cette spirale d'énervement: s’y complaire risque de perdre une perte de confiance en soi et en l’autre.

  • Il va falloir que tu apprennes à exprimer tes désaccords de façon calme, sans entrer dans le conflit. C’est un apprentissage qui nécessite du temps et de la volonté. Savoir qu'on a le droit de ne pas être du même avis que l'autre et l'exprimer sans mettre en péril ses sentiments est rassurant.
  • Exerce-toi à exprimer tes ressentis. Aie à l'esprit de trouver un terrain d'entente s’il y a des désaccords. Jouer (aux cartes, à des jeux de société) t’y aidera : tout est permis (dans la limite des règles), même un peu d’agressivité ! Tu en ressortiras grandie et fière.
  • Privilégie aussi les relations à deux avec tes proches. Parfois, c'est plus facile d'établir des rapports détendus.
  • Enfin, n'oublie pas de déployer tes émotions à travers des activités comme le théâtre, les sports tels l’escrime. Eux aussi peuvent être de bonnes soupapes.
  • Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

    Temps de génération de la page : 0.424 secondes

    On se couchera moins bête ce soir ! Comment le renard construit sa maison ?
    Il creuse trois terriers sous la terre : un petit, très frais, pour passer l'été, un plus grand, pour s'abriter l'hiver, et un dernier où il place ses réserves de nourriture.