Je suis souvent mal à l'aise

Plus d'informations
il y a 1 an 2 semaines #1401 par Anonyme
Réponse de Anonyme sur le sujet Je suis souvent mal à l'aise
:cheer:
Les repas de famille c'est toujours les mêmes discussions :
"Et l'école .... Et est-ce que ton frère qui n'est pas venu va bien .... Et blabla blabla ... " :pinch:
Je comprends que tu puisses bâiller ou te sentir mal à l'aise.
Cela m'arrive aussi. ;)
Moi, je m'éclipse le plus vite possible. ...
Mais pour les cours, y a pas de raison. Déstresse !.:)

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
il y a 1 an 2 semaines #1402 par Anonyme
Réponse de Anonyme sur le sujet Je suis souvent mal à l'aise
Bonsoir,
Tu dois avoir du mal à regarder les personnes droit dans les yeux. Pour ça, j'ai une petite technique très simple et validé par les médecins : fixe le front de tes interlocuteurs quand tu leur parles. Ils ne verront aucune différence.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
il y a 1 an 2 semaines #1403 par Anonyme
Réponse de Anonyme sur le sujet Je suis souvent mal à l'aise
Tu es très très timide mais ne t'en fais pas, j'ai la solution. Moi aussi, je n'osais parler à personne et j'ai été à un cours d'essai de théâtre. Aujourd'hui, c'est ma cinquième année. J'arrive mieux à répondre aux questions, à faire des exposés et à prendre la parole.
Bonne chance.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
il y a 1 an 2 semaines #1404 par Miss Geek
Réponse de Miss Geek sur le sujet Je suis souvent mal à l'aise
Bonsoir,

C'est une période désagréable à passer. Tu es en pleine construction. Et pour toi, c'est difficile de te projeter dans des projets d'avenir, de mettre des mots sur qui tu es ou aspires être. Alors, répondre aux questions des autres peut ne pas te plaire du tout ou même te déstabiliser. En bâillant ou en buvant, tu gagnes quelques secondes pour réfléchir et donner une réponse ! Bien joué.

Il y a des questions que tu juges indiscrètes. Pourtant l’adulte t’interroge par réel
intérêt ou curiosité, parce que ça lui rappelle sa jeunesse ou encore par envie de te parler. Mais comme chacun place différemment la frontière entre vie privée et vie publique, des questions peuvent te gêner.

Peut-être n’as-tu pas envie de répondre car tu n’as tout simplement pas la réponse à la question ou encore que tu ne te sens pas à la hauteur. Une autre raison est que ton interlocuteur ne t'inspire pas confiance (tu ne le connais pas assez, ou tu te sens trop différent). Et puis, trop de questions (les tiennes, celles des autres), ça provoque un court-circuit dans ton cerveau. Trop d'infos se bousculent. Alors tu dis stop.

Il y a moyen de trouver la parade. Les habitués de matchs d’improvisation en sont des champions.
- Accepte la question/proposition de l’autre et mets-la à ta sauce. Par exemple, tu valorises ton interlocuteur en disant que sa question est intéressante ou que cela fait longtemps que tu te la poses et tu l'entraînes sur autre chose.
- Rebondis sur la question en posant toi-même une autre question, et si possible impliquant la personne : "Et toi, à mon âge que pensais-tu ?" L'interrogatoire devient alors un échange.
- Prépare des réponses pour sauver la mise. Mais n'oublie pas, tu as toujours le droit de dire "joker". Et un jour, quand tu sauras davantage ce qui te plaît, échanger avec les autres deviendra un plaisir.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Temps de génération de la page : 0.469 secondes
Propulsé par Kunena

On se couchera moins bête ce soir ! Comment le renard construit sa maison ?
Il creuse trois terriers sous la terre : un petit, très frais, pour passer l'été, un plus grand, pour s'abriter l'hiver, et un dernier où il place ses réserves de nourriture.