Depuis quelques années, les drones sont partout. Ils font du ciel un espace de jeux... mais aussi de conflits. Alors, rêve ou cauchemar ?

Mais qui sont ces envahisseurs venus du ciel ?

Les drones, ces étranges engins volants "sans pilote à bord”... Télécommandés depuis le sol, ils prennent la forme de petits avions, de mini-soucoupes volantes ou de minuscules insectes.
Ni vus ni connus! On les appelle ainsi car les tout premiers modèles - militaires - évoluaient lentement et bruyamment, comme les faux-bourdons (drones, en anglais).

Combien sont-ils ?

Impossible de le savoir exactement. Des millions de petits drones civils ont déjà été vendus dans le monde. Quand on les ajoute aux centaines de drones militaires utilisés pour faire la guerre par des pays comme les États-Unis... ou la France, cela commence à faire beaucoup !

Que font-ils ?

Depuis les années 1990, les drones sont présents sur toutes les zones de conflits militaires, ou presque.
Leur objectif ? Espionner ou attaquer l'ennemi.
Les drones de loisirs, eux, ne sont apparus qu'en 2010.

Où sont-ils ?

Partout! Au-dessus de nos têtes, de nos maisons, de nos jardins... Jusqu'à survoler des sites industriels et des pays en guerre.
Sans oublier les grands rassemblements de foules : manifestations ou spectacles.

Quels sont leurs atouts ?

Comparés aux avions ou aux hélicoptères, les drones sont plus petits, donc moins chers à fabriquer et plus réactifs. Ils peuvent décoller et atterrir n’importe où. Ils vont aussi là où les hommes ne vont pas : zones dangereuses ou inaccessibles, comme la centrale nucléaire de Fukushima au Japon après son explosion en 2011, ou le sommet d'un volcan en éruption. Les drones militaires

La mission des drones : espionner et attaquer l'ennemi. Mais ils savent aussi veiller à notre sécurité. ... De véritables agents doubles !

La guerre

Les militaires comptent, depuis les années 1990, sur de nouveaux alliés : les drones! Pas de simples petits robots volants, mais de vrais avions de combat télécommandés, susceptibles d'effectuer de longues missions en vol. Le pilote, lui, est posté à l'abri dans une salle de contrôle. Depuis le sol, il guide le drone grâce à une liaison satellite tout en scrutant, en direct sur son écran, les images filmées sur le terrain. Parfait pour mener des missions de reconnaissance en territoire hostile sans prendre le risgue d’y envoyer des hommes.

Le hic

Ces engins sans pilote à bord se crashent régulièrement...
Depuis les attentats du 11 septembre 2001, les États-Unis ont aussi recours à des versions armées, comme le Reaper. Celles-ci ont déjà fait de nombreuses victimes civiles, notamment en Afghanistan et au Pakistan.

Incognito

Évidemment, ces gros drones-avions ne passent pas inaperçus dans le ciel. Dans le futur, la solution viendra sans doute des drones-espions miniatures, inspirés des insectes (libellule, mouche...), sur lesguels travaillent de nombreux chercheurs dans le monde. Le défi ?
Les faire voler suffisamment longtemps de manière autonome pour qu'ils espionnent le terrain ennemi et explorent l'intérieur des bâtiments en toute discrétion. Ce n'est pas encore gagné!

Sous surveillance

Pour l'heure, hors des zones de conflits, les petits drones sont surtout utilisés comme des caméras volantes. Par la télévision ou le cinéma, pour tourner des images inédites. Par les policiers, pour surveiller les zones sensibles ou les manifestations.
Ou par de grands groupes comme la SNCF, EDF..., dans le but d'inspecter leurs équipements.
Ils pourraient même être très utiles dans l'agriculture : les survols serviraient à analyser l'état des plantations ou à répandre des produits traitants.

Les drones débarquent dans un rôle inédit : celui de compagnon volant à notre service. Plus fort que les acrobaties et les vidéos aériennes !

Pour le fun

Petits cousins des drones militaires, les drones de loisirs sont apparus il y a seulement quelques années avec le lancement du modèle AR. Drone de Parrot. Depuis, c'est la déferlante ! Il faut dire que, sous leurs airs de jouets télécommandés, ces robots volants ont tout pour séduire. Ils possèdent une "intelligence" (un petit ordinateur) qui leur permet de se stabiliser en vol et se pilotent avec un smartphone.
Et comme, le plus souvent, ils embarquent une mini caméra, ils nous donnent des ailes pour prendre des photos et des vidéos. Bref, les dronies pourraient bientôt remplacer les selfies !

Joujoux

Si certains s'en méfient, beaucoup sont amusés, voire carrément excités, à l’idée de piloter ces jouets que l’on croirait sortis de films comme Star Wars ou Matrix. D'autant que les drones sont en passe de révolutionner notre quotidien ! Le constructeur automobile Renault planche sur un "drone-assistant à la conduite" capable d'anticiper les bouchons. Facebook compte sur les drones pour fournir un jour un accès à Internet dans le monde entier... Bluffant, mais pas encore au point !

Améliorables

Sur YouTube, on peut voir des drones livrer des pizzas ou même sauver des vies. Mais attention : beaucoup de ces vidéos sont truquées. Les drones-livreurs, par exemple, ne peuvent transporter que des poids très faibles, proportionnels à leur taille, et ne savent pas encore se diriger très précisément avec leur GPS. Le colis risque d'arriver chez le voisin ! Les drones-sauveteurs en mer, qui larguent des bouées, risquent de ne pas réussir leur sauvetage à tous les coups à cause du vent et du sel, qui endommage les circuits électroniques. Plutôt gênant !

Et demain...

Cependant, ces vidéos montrent l'avenir des drones, quand les technologies et la réglementation auront évolué. En effet, les ingénieurs travaillent à rendre ces machines volantes totalement autonomes. Dans quelques années, elles pourraient voler seules, sans pilote au sol, grâce à une intelligence artificielle qui leur permettra de "réagir à leur environnement" (éviter les obstacles, etc.).

Des jeux vidéo en plein air !

Plus innovants et surtout moins violents que les jeux de combats sur console, les jeux sur smartphone permettent de piloter des drones “en vrai’, tout en s’amusant. Parmi eux, ™ AR Race 2 propose de faire des courses de vitesse avec l'AR Drone de Parrot. Les lignes de départ et d’arrivée sont matérialisées par un symbole imprimé sur une feuille posée au sol et reconnu par le téléphone. Ces applications sont le plus souvent gratuites.

Règles de vol pour drones de loisirs

  • Les drones de loisirs doivent voler loin des gens, des villes, des aéroports et de tous les sites dangereux.
  • Leur altitude de vol doit être inférieure à 50 mètres.
  • Les photos et vidéos réalisées avec un drone sont autorisées, à condition d'en faire un usage exclusivement privé (non commercial).
  • Les images de personnes filmées ou photographiées avec un drone ne peuvent être publiées (sur Internet par exemple) que si celles-ci donnent leur accord.

On se couchera moins bête ce soir ! Comment le renard construit sa maison ?
Il creuse trois terriers sous la terre : un petit, très frais, pour passer l'été, un plus grand, pour s'abriter l'hiver, et un dernier où il place ses réserves de nourriture.