On dit tout ça, mais est-ce de la science ou de la fiction ?. ...

Dans les livres ou sur les écrans, la science-fiction nous fait rêver très fort ! Alors, rencontrer des extraterrestres, c'est pour aujourd'hui, demain... ou jamais ?

100 % fiction :

 - Visiter les étoiles

C'est pas gagné. Pour l'agent spatiotemporel Valérian, tout est simple.
En 2720, il lui faut six minutes pour rallier le système Arcturus depuis Galaxity. Merci la téléportation !
Hélas, contrairement à lui, nous ne vivons pas dans la BD futuriste de Christin et Mézières*, mais sur Terre, en 2015. Pour atteindre Proxima du Centaure (l'étoile la plus proche de notre système solaire), les ingénieurs devraient construire un vaisseau capable d'aller mille fois plus vite que nos sondes actuelles. Un tel vaisseau mobiliserait toute l’énergie consommée sur notre planète en un an... et le trajet durerait 43 ans !
À ce jour, c'est Voyager 1 qui a repoussé les frontières le plus loin : lancée en 1977, cette sonde est entrée dans l’espace interstellaire en 2012, à des milliards de kilomètres de la Terre !
1972. Les hommes lancent ce message aux Aliens : comme une bouteille jetée... dans l'espace !

 - Voyager dans le temps

Mission (quasi) impossible... Marty McFly n'est pas un ado comme les autres. Dans la trilogie Retour vers le futur* il se joue du temps.
Parti en 1985, il fait des incursions dans le passé ou le futur. Une incursion en 1955, entre juke-box et télé noir et blanc ; une autre en 2015, entre hologrammes et skates volants... Comment ? Grâce à une voiture DeLorean aux portières papillon, dépassant la vitesse de la lumière ! Les physiciens ont invalidé ce rêve, en démontrant qu’un photon (en gros, une microparticule élémentaire de lumière) ne pouvait pas voyager aussi rapidement. Cette fantastique odyssée resterait toutefois envisageable, si on en croit la théorie du "trou de ver", une sorte de raccourci à travers l'espace-temps, théorisé par les scientifiques Albert Einstein et Nathan Rosen, en 1935.

 - Se bagarrer au sabre laser

On oublie !. C'est l'emblème de Star Wars. Qui ne s’est jamais rêvé en Jedi, croisant le sabre laser avec Dark Vador ou Dark Maul, ce Sith au visage cramoisi qui s’est façonné une double-lame ? Dans les faits, ce type de combat est impossible.
La lumière laser n'étant pas solide, les rayons ne peuvent ni s'entrechoquer ni émettre de grésillements. Pas moyen, non plus, de découper en deux secondes une porte épaisse, comme le fait Qui-Gon Jinn dans La Menace fantôme : il faudrait pour cela que l'arme soit dotée d'une puissance de plusieurs gigawatts, soit l'énergie... d’une centrale nucléaire ! En guise de consolation, la LudoSport International Academy, fondée en Italie, peut te former au maniement de l'épée galactique, au moyen de répliques équipées de diodes de type "LED".
Sa dernière antenne a ouvert ses portes en Belgique, en février. “Que la force soit avec toi", comme dans la saga de George Lucas !

50 % science, 50 % fiction :

 - "Augmenter" l'homme

Il n'y a qu'un pas. ... RoboCop n'a pas encore vu le jour. Le flic des films*, laissé pour mort et transformé en cyborg à grand renfort de titane, est capable de viser une cible au millimètre près et de casser un mur à main nue. Les prothèses d'aujourd'hui ne sont pas aussi performantes, mais on s'en rapproche. Depuis mai 2014, le Deka Arm System, un bras bionique qui restaure le sens du toucher, a été commercialisé aux États-Unis. Il redonne aux personnes amputées une partie de leur autonomie perdue : tourner une clé avec précision dans une serrure ou boire un verre d'eau sans l'écraser. De là à décupler les forces d'un homme valide... L'exosquelette Hercule, mis au point en France, permettra, dès 2016, aux ouvriers qui se glisseront dedans, de transporter sans effort des charges de 40 kg. Le modèle militaire supportera, lui, 100 kg et sera doté d'un bouclier intégré ! * RoboCop, le premier film le Paul Verhoeven, est sorti >n 1987. Un remake, moins ion, a été réalisé en 2014 iar José Padilha.

 - Cloner les humains

Objectif presque atteint. Dans les magazines de science-fiction américains des années 1930, les savants fous dupliquaient des pin-up. La réalité d’aujourd’hui est moins glamour. Le premier mammifère cloné en 1996 par des biologistes écossais portait le nom sexy de Dolly, mais il s'agissait d'une brebis... En 2007, une équipe américaine a obtenu des embryons de macaques à partir d'une cellule adulte et a réédité cet exploit sur l'homme en 2013. Cette percée scientifique aurait dû faire le buzz, mais certains médias l'ont passée sous silence à cause des questions éthiques épineuses qu’elle pose. Le but affiché est thérapeutique : utiliser ces cellules pour soigner des malades.
Mais la peur de les voir un jour servir I à la reproduction d’un individu grandit. Pour l’instant, la France interdit tout clonage humain.
L’Angleterre et la Belgique autorisent le clonage thérapeutique.

 - Créer l'intelligence artificielle

On y pense !. Créer une intelligence supérieure, n'est-ce pas le rêve ^ de toute civilisation ? Pas pour Masumane Shirow, auteur du génial et glaçant manga Chost in the Shell, adapté au cinéma en 1995,2004 (et 2017) : le major Kusanagi, femme cyborg d'une section criminelle, y traque le Marionnettiste, une intelligence artificielle qui s'empare des esprits humains via le réseau numérique... Craignant cette même perte de contrôle dans le monde réel, le brillant physicien britannique Stephen Hawking a appelé à une "recherche prudente" dans ce domaine, même si des avancées marquantes ont déjà eu lieu. En 1997, le superordinateur Deep Blue a par exemple battu le champion russe d'échecs Garry Kasparov. Et, en 2011, son descendant, baptisé Watson, a même remporté le jeu télévisé Jeopardy ! Pas de panique, malgré tout.
Nous ne sommes pas encore en mesure de réaliser des programmes égalant l'intelligence humaine. Et cela, pour une raison très simple : nous n'avons pas encore compris comment elle fonctionne !

 - Bavarder avec les extraterrestres

Un fol espoir. ... Notre cœur bat plus vite à l'idée de rencontrer les habitants d'une autre planète ! Un fantasme dont le réalisateur Tim Burton se moque dans Mars Attacks*. Persuadé d'avoir affaire à une civilisation pacifique, l’état-major américain déroule le tapis rouge pour accueillir des Martiens au cerveau surdéveloppé... qui se mettent à le canarder avec des fusils laser. Mais qu'importe : l'enthousiasme à l'idée d'un contact extraterrestre est intact. Depuis les années 1960, le programme américain "SETI" guette les signaux de leur présence. En 2018, l’Europe enverra sur Mars un véhicule d'exploration (ExoMars) pour rechercher des traces de vie. L'avenir donnera-t-il finalement raison à Steven Spielberg et à son mignon petit ET.** ou aux vilains envahisseurs de Tim Burton ?
* Film sorti en 1996. ** Film sorti en 1982.

100 % science :

 - Épouser un robot

Ils sont déjà parmi nous. Peut-on fabriquer des androïdes si semblables aux hommes qu’ils effectueraient toutes leurs tâches et s'en feraient aimer ? C'est le cas du "hubot" Anita, dans la série télé suédoise Real Humans. Dans la vraie vie, NAO, le petit robot français, manque de chair, mais il a déjà un CV impressionnant. À mille lieues des corvées domestiques, il participe à rémission Salut les Terriens ! et a même été reçu à l'Elysée par le Président François Hollande !
Au Japon, pays pionnier dans ce domaine, ses homologues sont encore plus bluffants.
Peau de pêche en silicone et visages animés par des muscles artificiels, Kodomoroïd et Otonaroïd sont les nouvelles guides du Musée national des sciences émergentes et de l'innovation, à Tokyo. Face à ces beautés susceptibles de les remplacer, certains Japonais se sentent déjà hors-jeu...

 - Vivre 24 h sur 24 sous surveillance

On y est ... et ça fait flipper ! "Big Brother vous regarde." En 1984, en Océania, le visage d'un homme aux yeux inquisiteurs est placardé sur tous les murs, et jusque dans les appartements. Il incarne une société totalitaire qui épie en permanence ses citoyens, via des "télécrans”. Imaginé par George Orwell dans les années d'après-guerre, le roman d'anticipation 1984* semble étrangement préfigurer "l'affaire Snowden". En juin 2013, cet informaticien américain a lâché une “bombe” : la NSA (l'Agence nationale de sécurité américaine) et le FBI (le Bureau fédéral d'enquêtes) exercent une surveillance de masse sur les communications numériques de 193 pays. Et ce, avec le concours des géants de la téléphonie mobile et d’Internet.
La justification invoquée est la même que dans le livre : protéger les peuples d'un "ennemi intérieur" : le terrorisme...
* En livre de poche, éditions Gallimard (Folio), 8,50 €.

 - Piloter une auto volante

Elles vont sortir des usines !. Sur cette lithographie d'Albert Robida, La Sortie de l'opéra en l'an 2000, le ciel de Paris ressemble à un océan, où glissent en tous sens des voitures volantes à l'allure de poissons. On est en 1882, et l'illustrateur visionnaire met déjà le doigt sur le souci qui va devenir le nôtre : dès lors que le code de la route ne s'applique plus, comment organiser la circulation au sein d'un élément transparent ?.
Avec l'AeroMobil, qui a effectué son premier vol en 2013, cette question devient concrète.
Mi-auto, mi-avion, ce véhicule aux ailes rétractables peut atteindre 160 km/h au sol et 200 km/h en l'air, avec une autonomie de 700 km. Mais rassure-toi, les embouteillages entre deux nuages ne sont pas pour tout de suite : cet engin ne sera produit que dans quelques années et sera réservé aux plus fortunés, puisqu'il coûtera autour de 200000 euros...

 - Habiter dans un monde virtuel

Quand le fantasme devient réalité. ... C’est une bulle d’icônes acidulées. Sur Oz, "monde persistant" du Web, on se crée un avatar qui peut s'acheter des vêtements, pratiquer un sport ou démarcher des entreprises. Pour imaginer Summer Wars*, le cinéaste japonais Mamoru Hosoda s’est inspiré du jeu Second Life. Mais, attention ! Dans son film d’animation, une intelligence artificielle pirate les comptes des utilisateurs pour détraquer les réseaux : autrement dit, l'univers virtuel s'immisce dans le réel. Or, en 2016, Second Life sera disponible dans une nouvelle version qui exploitera le casque de réalité virtuelle, Oculus Rift. Le joueur ne sera plus "extérieur au jeu".
Il s'y immergera, de tout son corps. La frontière entre les deux mondes deviendra alors de plus en plus floue.
* Film sorti en 2009.

 - Subir la fin du monde

Bientôt pour de vrai ?. Wall-E a une mission ingrate : le petit robot nettoie la Terre, que les hommes ont fuie, après l'avoir transformée en poubelle. Ce bijou de film d'animation* reprend le thème classique de la fin du monde. En particulier, le drame écologique nourrit la science-fiction depuis les années 1970. Des scénarios alarmistes... avec raison. Un exemple ?
La Chine, engagée dans un développement industriel hyper rapide, est devenue une habituée des pics de pollution baptisés ''Airpocalypse''. Le phénomène a contribué à la mort prématurée de centaines de milliers de Chinois...
* WalhE, sorti en 2008.

On se couchera moins bête ce soir ! Comment s'appellent les dieux hindous ?
Les hindous croient qu’il n’y a qu’un seul dieu qu’ils nomment Brahman.
Les autres dieux hindous ne sont que des facettes différentes de Brahman et ils sont nombreux. Parmi eux, les trois principaux sont Brahmâ le créateur, Vishnu le dieu de la paix et Shiva le dieu de la destruction et du renouveau. Mais Vishnu, par exemple, a pris plusieurs formes pour venir sur terre et y ramener l’ordre. La plus connue de ces formes est Krishna. Et il existe encore d’autres dieux, visages du Brahman. Le plus populaire d’entre eux est très certainement Ganesh, le dieu éléphant. Ganesh est un protecteur qui éloigne les obstacles. Les hindous l’invoquent à chaque moment important de leur vie quotidienne.